COMMENT PARLER DE SEXUALITE A VOTRE ENFANT


« Maman, c’est quoi faire du sexe ? » ou comment parler de sexualité à votre enfant

« Comment on fait les bébés ? », vous vous souvenez d’avoir posé la question à vos parents ? Et vous souvenez-vous de leur réponse ? En général, cela occasionnait un regard fuyant, un sourire gêné dans les meilleurs des cas ou un « je t’expliquerai plus tard » lâché lestement pour se débarrasser rapidement de la corvée… sans compter que vous reveniez à la charge un peu plus tard et qu’on vous larguait « le papa met sa petite graine dans le ventre de la maman ». Point. 

Aujourd’hui, à l’ère du XXIème siècle, les choses ont bien changé… pensez-vous. Certes, la sexualité est omniprésente dans notre société et pourrait faire croire que le sujet n’est plus tabou. Que nenni ! Il semble parfois être difficile pour nous adultes de parler de sexualité à nos enfants, surtout dans une société où l’enfant a accès à une image de sexualité « de consommation »  souvent dénuée de sentiments et « mécanique ».

Pourquoi leur parler de sexualité ?

Parler de sexualité, c’est avant tout parler de votre perception en tant que femme ou homme, c’est aussi parler de féminité, de masculinité, d’orientation sexuelle, d’intimité, d’amour et de valeurs, de grossesse et de contraception, de santé… On parle donc de sexualité à nos enfants pour répondre à leurs questions, les informer, les prévenir, mais il faudrait le faire sans préjugés et en étant rassurant…

Quand parler de sexualité à votre enfant ?

On s’accorde à dire qu’il faudrait répondre aux questions de notre enfant simplement lorsqu’il les pose. S’il décide du moment, c’est bien sûr parce qu’il est prêt à entendre votre réponse et que vous ne lui imposez pas le sujet d’office. Certains enfants posent beaucoup de questions, sont perspicaces, d’autres n’en posent pas. L’important est d’avoir une attitude ouverte à ces questions et si vous n’êtes pas disponible à ce moment, dites-lui quand vous le serez et tenez-vous y. Le quotidien est également une source de questions : documentaires ou scènes de films à la télévision, paroles entendues par l’enfant, publicités évocatrices… n’hésitez pas à aborder le sujet si vous voyez que votre enfant est interpellé et demandez-lui ce qu’il a compris pour rectifier le tir le cas échéant. 

Comment lui en parler ?

Parler de sexualité peut nous renvoyer à nos doutes  ou malaises personnels. Pour plus de facilité, vous pouvez vous appuyer sur la littérature enfantine et je conseille aux parents d’être authentiques, d’utiliser leurs mots et d’être simples. Un enfant ne sera pas choqué s’il vous voit serein. Je conseille également de dire les mots justes et de dédramatiser la zone génitale : pénis, vulve, clitoris, vagin… oh ne grimacez pas ! Vous parlez bien de votre nez, de vos yeux et de vos orteils ? Si vous voulez que votre enfant apprenne qu’il n’y a pas de problème avec cette zone, n’employez pas des mots qui suggèreraient l’inverse. Evidemment dans l’idéal, il faudrait pouvoir en parler sans jugement négatif, sans tabou, en parlant de respect (de soi-même et d’autrui), de fierté d’être une fille ou un garçon, de tolérance, d’être en accord avec soi-même et d’écouter son ressenti.

Pour les enfants plus grands (oui, nos ados !), tentez d’aborder le sujet sur un fait de société plutôt que d’avoir un « choc frontal » avec lui … et s’il s’agit d’un garçon, laissez le papa ou une autre figure masculine de confiance lui en parler

Maman, c’est quoi une fellation ?

L’éventualité d’une telle question vous glace d’effroi ? En effet, il n’est pas évident d’y répondre… Nous avons tous nos tabous, mais le mieux est de répondre à votre enfant de façon authentique. Pratiques sexuelles, homosexualité, masturbation et plaisir… Il vaut mieux lui dire que vous allez réfléchir pour choisir les mots pour lui répondre que de lui montrer une désapprobation. Si votre enfant vous pose une question franchement gênante, vous êtes en droit de savoir pourquoi il vous la pose : a-t-il vu quelque chose qui la perturbé ? est-il tombé sur des magazines (ou pire un film porno) ? a-t-il un copain qui lui a raconté quelque chose ? Ne le laissez pas dans le doute. Il n’y a pas de sujet tabou mais si cela vous gêne référez votre enfant à une personne qui peut lui répondre plutôt que de le laisser dans la négation. Quant à la masturbation, il est important de pouvoir dire à son enfant que c’est naturel de découvrir son corps et d’en retirer du plaisir mais que la chambre est son lieu d’intimité (il va de soi que vous toquez à sa chambre et qu’il toque à la vôtre).

Parler de sexualité est donc simple et complexe à la fois et chacun(e) doit trouver ses limites pour en parler. Mais n’oubliez jamais de parler d’amour et de respect (de soi et d’autrui) à votre enfant, car la sexualité ne doit pas rester dans un carcan mécanique et génital.